Audijos-Dragons


1676-1677


A peine quelques semaines près avoir été amnistié, d’Audijos reçoit le brevet de colonel de cavalerie .Le roi lui permet même de lever un régiment de deux compagnies parmi ses anciens compagnons d’armes. Il y enrôle d’ailleurs son frère cadet.

La tradition ajoute que, nommé colonel, il fut présenté au roi dans une galerie du Louvre.

De retour dans le pays, il épouse, le 28 janvier 1676, Jeanne-Marie Dubourdieu, sa jeune cousine.avant de rejoindre …le service du Roi à la tête de sa bande d’anciens brigands !

Admis dans les troupes régulières en octobre 1676, il sert dans l’armée du maréchal de Vivonne qu’il rejoint à l’occasion de l’expédition de Sicile pour assister Messine révoltée contre …. les Espagnols !.

Dès son arrivée, son régiment est qualifié « d’incommode » et composé de gens indisciplinés, « tant les officiers que les soldats »

L’intendant de l’armée en Sicile écrit « je ne pense pas que le Roi retire un grand service de ce régiment dans ce pays ; les hommes sont assez bien faits, mais la plupart n’ont jamais vu des chevaux ni des fusils, et ceux qui ont autrefois suivi leur mestre de camp et de qui on avait lieu d’attendre quelque service, sont beaucoup plus propres à être bandits que dans des troupes réglées, outre que la plupart sont espagnols naturels ou des frontières d’Espagne, ne parlant que la langue de leur pays qui ne plait pas aux Messinois. Les relations même qu’on en fait ne nous donnent pas lieu de croire que l’on se doive beaucoup fier à eux »

D’ailleurs certains désertent, un tiers est à l'hôpital à la fin aout 1676, d’autres tiennent des discours séditieux (encore !)

Audijos lui-même fait preuve de son indiscipline, refuse de laisser faire une revue de ses troupes, pille le village de Bauso avant d’être attaqué et fait prisonnier par imprudence ……

Son régiment est pourtant augmenté de deux autres compagnies de 60 dragons, avec lesquelles il participe à la campagne et l’occupation de 1677 avec quelques succès

Mais sa carrière militaire mouvementée se termine là, au cours de l’année 1677, mortellement blessé… .ou, plus simplement, mort de la malaria..


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire