L'affaire de Labastide




Juillet 1665



Au début du mois de juillet, un homme nommé Lou Bourdet, sergent ordinaire à Doazit, est trouvé mort un matin sur la lande de Lannehoussat. Les troupes accourent.

Poyanne fait du moins semblant de collaborer, mais sans réelle efficacité. Il va à Orthez où il est avisé qu’Audijos n’est pas loin, à Maslacq. Mais, alors qu’il peut l’attaquer avec sa troupe de cinq cent fusils, il se contente de faire appeler les dragons alors à Sault de Navailles et les Chevaux Légers de Lorges, lesquels, sans les guides promis, s’égarent et se retirent bredouilles

Marassé, un ancien maréchal des logis des dragons, envoyé à leur recherche les localisa dans une maison isolée près de Labastide, dite de Goueren. Il en avise les troupes de dragons. Ainsi 150 maîtres et quelques gardes commandes par le lieutenant La Baume accoururent et parviennent a Orthez le 7. Une douzaine de gardes du convoi bien montés s’étant portés en avant, accompagnant Marassé, rencontrent Audijos et ses gens couchés près de la maison. Aux premiers coups de feu les rebelles se barricadent. Les dragons arrivent en fin de matinée et investissent les lieux, tentent de la forcer en vain mais renoncent à donner l’assaut pour l’assiéger par divers corps de garde. Apres une première tentative de sortie vaine, Audijos et ses gens parviennent à s’échapper au petit matin, forçant un corps de garde, l’épée a la main, avant de s’enfuir dans les vastes bois de Mixe . Un des compagnons d’Audijos est tué, et trois sont pris. Parmi eux, Pilate son lieutenant, blessé a la cuisse, qui mourra quelques semaines plus tard , après avoir été conduit à Hagetmau puis interrogé à diverses reprises . Quinze jours après sa mort son cadavre est étranglé sur la place publique pour l’exemple. Poyanne ordonnera fin novembre que la maison soit rasée.

A la suite de cette attaque, d’Audijos congédie sa troupe qui se disperse

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire